Ce que vous devez absolument faire pour garder le contrôle de soi (partie 2)

Dans la suite de cet article qui va vous apprendre comment garder le contrôle de soi, découvrez une histoire peu commune. Cette histoire va vous démontrer en effet une chose particulièrement étonnante. Quelle est-elle ? Le pouvoir des sous-modalités peut vous ouvrir vers de nouveaux horizons de vie quasi illimités. Vraiment. Il peut transformer la façon dont vous vous représentez les événements de votre vie. Même les plus difficiles. Qu'est-ce que cela changerait concrètement pour vous ? Beaucoup de choses, évidemment.

garder le contrôle de soi

Vous lisez la partie 2 de l'article " Ce que vous devez absolument faire pour prendre le contrôle de votre esprit". Pour lire la première partie, cliquez ici.

L'histoire que je vais vous raconter est une histoire qui va vous démontrer un e chose particulièrement importante sur l'art de garder le contrôle de soi.

Quelle est-elle ? Le pouvoir des sous-modalités peut vous ouvrir vers de nouveaux horizons de vie quasi illimitée. Vraiment. Il peut transformer la façon dont vous vous représentez les événements de votre vie. Même les plus difficiles.

A ce sujet...

Lorsque j'ai débuté les arts martiaux, je ne savais pas encore dans quel long cheminement, je m'étais engouffré

 Arrivé un peu par hasard dans le milieu, je me suis vite pris au jeu. Très vite, une évidence m’apparaissait. Je faisais le rêve de devenir ceinture noire en taekwondo.

A ce propos, pas impossible ce rêve. Mais difficile néanmoins. Car seuls deux pour-cent des personnes qui débutent un jour un art martial, vont jusqu'à la fin du cycle. Parce que c'est difficile. Parce que cela demande de la discipline. Voire parfois, pas mal de courage.

En outre, en cours de route des pépins physiques peuvent apparaître. Pour ma part, deux côtes froissées, une main cassée. Deux orteils abîmés. C'est parfois le prix à payer pour atteindre un rêve. Mais je ne regrette évidemment rien.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, le taekwondo est un art martial coréen proche du karaté. Lorsque je m'apprêtai à passer mon premier examen ceinture jaune, je ne savais pas encore quel moment difficile j'allais vivre. C'est peu dire.Je fis pour la première fois connaissance de mon examinateur. Un certain maître BeomJoo Lee

Aujourd’hui décédé, ce grand-maître coréen fut l'un des premiers champions du monde de taekwondo en mille-neuf-cent-soixante-et-un. À Séoul. Il déménagea ensuite en Europe enfin de promouvoir le taekwondo sur le Vieux continent. À ce jour, il est l'une des ceintures noires les plus gradés au monde.

Jugez plutôt : il possède le titre honorifique de ceinture noire dixième dan. Membre du Comité Olympique International, c'était un peu le Réal de Madrid du taekwondo à lui-seul.

Aussi, lorsque mon compagnon de galère me dit ce jour-là qui était mon examinateur, j'ai failli avaler de travers. Moi, jeune blanc-bec belge. Ceinture blanc pâle. Face à l'ogre coréen ceinture noire dixième dan. Forcément, le contraste existe.

C'est un peu comme si vous disposiez côte-à-côte une Ford Fiesta à côté d'une Ferrari Testa Rossa au salon de l'Auto de Paris

Vous voyez le tableau ?

J'étais complètement pétrifié. Dans ce genre de moment stressant, on ne sait pas vraiment comment garder le contrôle de soi. La carrière, l'aura de ce personnage avait le don en effet de pétrifier ceux qui passaient leur grade sous son œil expert et vigilant. Et de ce fait, mon premier examen fut catastrophique. 


Aussi, souvenez-vous de ce que vous avez appris jusqu'à maintenant sur ce blog. Les états émotionnels limitants ou dynamisants dans lesquels nous nous trouvons, déterminent les comportements que nous sommes capables de produire dans une situation donnée. Votre mental possède un réel pouvoir. Encore faut-il le dompter.

J'avais peur. J'étais pétrifié par le personnage. Je me retrouvais à mon insu dans un état très limitant ne me permettant pas de pouvoir accéder à mes ressources, tant physiques que mentales. Pourtant toutes deux indispensables pour réussir cet examen.

D'ailleurs, presque tout le monde était dans mon cas. Au fur et à mesure de mes passages de grade durant les années qui suivirent, c'était toujours la même rengaine. 


Par conséquent, les journées qui précédaient mes passages d'examen étaient des grands moments de stress et d'angoisse. Comme pour mes autres compagnons taekwondoïstes. Puis un jour, j'ai pris connaissance des techniques des sous-modalités.

Mon rêve de devenir ceinture noire était proche 

Comme je m'approchais doucement de la ceinture noire, je réalisais à quel point l'usage de ces techniques me permettrait me débarrasser de la peur et de l'intimidation, le jour où je devrais passer ce niveau supérieur. 


Car il faut savoir que lorsqu'on postule pour la ceinture noire, le niveau devient très exigeant. À titre d'exemple, une ceinture noire doit être capable de casser une planche en bois de 4 centimètre d’épaisseur. Non, pas avec une masse. Ça, c'est trop facile.

Il suffirait juste de se rendre chez Leroy Merlin et l'affaire serait dans le sac. Non, la difficulté était de le faire plutôt en effectuant un coup de pied sauté retourné devant son examinateur. Pieds nus. Aïe !

Autrement dit, cela vous situe le degré de contrôle de soi et d'exigence que cela demande. Pourtant, lors de mon passage pour la ceinture noire, je me suis moi-même surpris à me retrouver dans un état de calme, de lâcher prise et de détente.

Jamais je n'aurai pensé pouvoir me retrouver dans un état aussi dynamisant, vu le contexte. Comment avais-je fait ?

A ce propos, en me préparant mentalement et grâce à une technique ingénieuse issue des sous-modalités, je pus envoyer à mon cerveau - le jour J - une nouvelle façon de réagir lorsque j'apercevrais le grand maître BeomJoo Lee.

Et cette nouvelle connexion de l'esprit devait s'effectuer pile au moment où je l'apercevrais rentrer dans le Dojang pour juger mon examen.

Comment Homer Simpson m'a aidé  à garder le contrôle de moi et à devenir ceinture noire

Une semaine avant l'examen pour la ceinture noire, je me mis ainsi donc dans un état de réceptivité mentale. Chez moi. Seul loin du bruit. Dans un état de réceptivité tranquille, je me posai alors cette question « Quel serait pour toi le personnage qui symbolise la sympathie et te provoque un fou rire ? »

« Homer Simpson », me suis-je dit spontanément. C'est alors que je me répétai mentalement l'astucieux exercice du lance-pierre mental pendant près d'une semaine (que vous apprendrez plus loin dans ce livre).

Dès lors, cet exercice a permis à mon cerveau le jour J, de me retrouver dans un état dynamisant de calme et de détente. Comme jamais encore je n'avais connu auparavant ce contexte si particulier.

Pourquoi ? Parce que j'avais ordonné à mon cerveau, d'imaginer la voix et la dégaine d'Homer Simpson dans un kimono, affublé d'une ceinture noire. Des donuts formaient la boucle de sa ceinture noire.

Vous voyez un peu le tableau ? Je suis presque sûr que vous esquissez un sourire du coin de la bouche, non ?

Le meilleur de l'histoire ? Lorsque j'aperçu mon examinateur - le grand maître BeomJoo Lee, mon cerveau switcha littéralement, en renvoyant instantanément dans mon esprit l'image d'Homer Simpson, de son rire stupide et de sa démarche bedonnante. Résultat ?

Je me suis retrouvé automatiquement dans un état de calme et confiance auquel je n'aurais jamais pensé accéder

En d'autres termes, j'étais parvenu à me transformer en une personne capable de garder le contrôle de soi. Mes compagnons postulants ceinture noire étaient figés sur place.

Quant à moi, j'étais à la limite d’une bonne tranche de rire. Même si extérieurement, je gardais ça pour moi. Mais intérieurement, cette nouvelle image d'Homer Simpson avait complètement démystifié le moment important que je m'apprêtais à passer.

Et de ce fait, comme je me retrouvais dans un état dynamisant de lâcher prise, j'ai pu accéder à toutes mes ressources mentales et physiques pour réussir l'examen. Tranquille. Ce fut sans doute là l'un des moments les plus étonnants de ma vie. Oui, Homer Simpson m'a aidé à devenir ceinture noire.

A ce sujet, souvenez-vous de la citation « Il fait une montagne d'une taupinière ». Dans mon cas, j'ai transformé la montagne infranchissable en ridicule taupinière. J'ai transformé le mythe en Homer Simpson.

Vous aussi, vous pouvez transformer vos peurs, en quantité négligeable. Vous pouvez apprendre comment garder le contrôle de soi. Vous pouvez transformer vos montagnes en taupinières.

Vous pouvez transformer les ténèbres en lumière. Vous pouvez transformer la tristesse en comédie musicale. Vous saisissez maintenant le principe ?

D'ailleurs, lorsque je tombai par hasard quelques années plus tard sur un épisode des Simpsons, je ne pouvais m'empêcher de replonger dans ce souvenir particulier. Le cerveau est ainsi fait. Il peut vous rendre bien des services si vous savez comment l'utiliser de la bonne façon.

Le pouvoir des sous-modalités est un puissant moyen de transformer la façon dont votre esprit perçoit les situations stressantes

En conclusion, comment pourriez-vous vous servir dessous-modalités afin de garder le contrôle de soi et transformer un événement de vie difficile ? Ou encore transformer un souvenir pénible en quelque chose de neutre ? 

Surtout, Cliquez ici pour vaincre vos peurs et votre stress. Parce que qu'est-ce que cela changerait concrètement pour vous ? Beaucoup de choses, évidemment.

« Le cerveau est un serviteur, pas un maître. Si tu lui laisses le gouvernail, il ne te conduira pas où tu veux aller, mais où son poids l'entraîne sans cesse. Et tu sais bien où son poids l'entraîne... Tu le sais, mais tu es paresseux...
Tu veux rester un enfant. »

Gougaud Henry

A propos de l'auteur

Autorité reconnue en développement personnel, diplômé en psychologie clinique, coach de vie et expert en psychologie de la performance, Renaud Czerwiec est surnommé "le coach qui murmure à l'oreille des accomplisseurs". En effet, dans sa carrière, il a accompagné en tant que coach et hypnothérapeute, des accomplisseurs de tous horizons (sportifs de haut-niveau, CEO, entrepreneurs de start-up, leaders influents, artistes, écrivains).

>