• Home
  • /
  • Blog
  • /
  • Prendre confiance en soi : exercice en 2 étape

mai 23

0 comments

Prendre confiance en soi : exercice en 2 étape

By Renaud-Czerwiec

mai 23, 2021


Prendre confiance en soi par un simple exercice, c'est possible ? Oui, si celui-ci vous aide à penser plus positivement ! Aussi cher lecteur...

Développer une confiance solide comme le roc est l'apanage de ceux qui réussissent mieux dans la vie. Et prendre confiance en soi passe par s'exercer à penser positivement.

Simpliste, me dites-vous un peu circonspect(e) ? Pas tant que ça. Le vocabulaire que vous utilisez de façon quotidienne dans votre vie, limite ou booste votre confiance personnelle.

A cet effet, retenez bien ce point capital. La nature des pensées positives ou négatives que vous créez dans votre esprit, limite votre capacité à prendre confiance en soi, ou la renforce.

Dans cet exercice pour prendre confiance en soi, apprenez à transformer la façon de vous parler afin de vous redonner le pouvoir qui est le vôtre.

Penser positivement est capital pour (re)prendre confiance en soi

Malheureusement, très souvent, chez la plupart des gens, leur façon de (se) parler les délimite véritablement dans leur potentiel de réussite et de bonheur.

Pourquoi ? Pour comprendre en quoi, votre façon de parler peut vous limiter, il est important de comprendre comment votre esprit fonctionne à ce sujet.

« Jamais je n'y arriverai », « De toute façon, c'est toujours de ma faute, ici ! » Ou encore, « Je sais qu’il ne m’aime pas, ça se voit... », « Je vais rater, à quoi bon commencer ? »

A ce propos, pensez-vous raisonnablement que cette petite voix critique interne limitante est déjà sorti au moins une fois de votre bouche, dans votre vie ?
Tel est raisonnablement le cas, non ? Jusqu'ici, rien d'anormal me direz-vous. Où le problème, donc ?

Hé bien, nous sommes tous victimes de phénomènes psychiques dont nous n'avons même pas conscience :

Les pensées négatives, sapeurs de confiance

C'est ce que l'on appelle communément les distorsions, les généralisations ou encore les omissions. Vous allez peut-être me dire, mais que sont donc ces drôles de phénomènes ?

Surtout, pour comprendre le phénomène des pensées, vous réalisez sans doute que nous sommes connectés à l'expérience du monde qui nous entoure par nos cinq sens.

Autrement dit, notre cerveau filtre les informations qui nous arrivent de l'extérieur, grâce à nos yeux, nos oreilles, notre langue, notre peau et notre nez.

Or, le cerveau humain est incapable simultanément de pouvoir traiter des milliers d'informations qui nous arrivent chaque jour, à chaque seconde. C'est impossible.

Alors que fait-il pour traiter ce flot incessant d'informations ? Il dispose, tel un ordinateur mental, d'une sorte de pare-feu qui va filtrer ce bombardement d'informations qui arrive à notre cerveau.

C'est ce que l'on appelle communément le filtre des généralisations, des distorsions ou encore des omissions. Après cela, passons au premier phénomène de pensées, les généralisations.

prendre-confiance-en-soi-exercice

Les généralisations

Si je reprends les phrases suivantes« De toute façon, je n'y arriverai jamais ! », « C'est toujours de ma faute, ici ! » Ou « Jamais, personne ne me fera confiance... », que constate-t-on de particulier ?

En d'autres termes, on peut constater que l'on retrouve des mots tels que jamais, toujours, personne. Le problème, c'est que lorsque j'utilise ce type de vocabulaire, j'ai tendance à généraliser les choses.

C’est de là que naissent nos préjugés, nos amalgames, ainsi que les limites que nous nous imposons.

A propos de généralisations

Imaginez que quelqu'un vous dise : « C'est toujours de ma faute, ici ! », et que vous lui répondiez « Toujours, vraiment toujours ? » A votre question, que va probablement vous répondre cette personne ?

« Oui, cette fois-ci on ne m'a pas écouté, mais des fois, on m’écoute, c'est vrai... »

Voyez-vous la grande différence de signification ? Il y a un monde, vous ne trouvez pas ? Voyez-vous, grâce à une petite question, comment j'ai pu réajuster la pensée limitante de mon interlocuteur ?

De même, imaginez que l'un de vos amis vous dise un jour « de toute façon, les Belges sont tous des nigauds ! »

Probablement, que mon interlocuteur a eu un jour une expérience malheureuse avec un citoyen belge, et en a fait une généralisation. Un amalgame à son insu.

Vos généralisations vous empêchent de prendre confiance en vous ?

Probablement. Et si c'est le cas, de quelle façon ces généralisations vous ont-elles limitées dans votre expérience du monde ?

A ce sujet, à côté de combien d'expériences positives êtes-vous passées dans votre vie, à cause de vos amalgames, de vos préjugés et de vos généralisations ?

Surtout, généralisation sur les autres, sur certains types de personnes, sur les obèses, sur les étrangers. Et surtout, sur vous-même ?

En vérité, votre pouvoir personnel et votre confiance s'en trouvent aujourd'hui diminués, sans même que vous ne vous en rendiez compte.

Il est donc important que vous réappreniez à savoir comment penser positivement, en éliminant les généralisations de votre bouche. Passons maintenant au deuxième phénomène.

Les distorsions, une pensée-piège plombant votre estime de vous

«Oh, de toute façon, je sais qu'il ne m'aime pas. »
« Le fait qu'il me regarde de cette façon signifie qu'il ne m'aime pas. »

Là encore, je ne prendrai pas trop de risques en vous demandant si vous avez déjà eu, au moins une fois dans votre vie, ce genre de pensées-pièges. Il y a de fortes chances que vous me répondiez de façon positive.

Ce type de pensées-pièges dans lequel nous tombons tous, s’appelle le phénomène de distorsions cognitives.

Autrement dit, qu'est-ce que cela veut dire concrètement ? Les distorsions nous piègent dans le fait de voir les événements de notre vie, non pas en nous basant sur des faits réels et concrets.

Mais plutôt, en nous basant sur une interprétation erronée et souvent irréaliste de celle-ci.

Aussi, nous avons tous, à un degré ou à un autre, une propension souvent alarmiste de nous faire des films, sans fondement réel et rationnel.

A ce sujet, reprenons l'exemple suivant :

« Le fait qu'il me regarde cette façon signifie qu'il ne m'aime pas. »

À cette question, je pourrais simplement répondre : « En quoi le fait qu'il te que regarde de cette façon, cela démontre-t-il précisément qu'il ne t'aime pas ?

Ne t'est-il jamais arrivé de te lever un jour du mauvais pied, en ayant le regard des mauvais jours? Est-ce que cela veut dire forcément que tu détestais les gens que tu rencontrais ? »

Voyez-vous, les distorsions - filtres mentaux issus de nos croyances psychologiques - sont vraiment des pensées-pièges dans lesquelles nous avons tous tendance à tomber.

Confrontez vos distorsions avec un examen objectif de la réalité

À chaque fois que vous sentez que vous avez tendance à interpréter les événements de façon erronée, posez-vous ce genre de questions pour remettre en cause le bien-fondé de ce type de pensée-piège.

Que ce soit dans vos communications avec les autres, mais aussi surtout dans vos propres dialogues intérieurs.

Car ne l'oubliez pas, la façon dont vous (vous) parlez va clairement délimiter votre capacité à agir ou non, dans votre vie. Et c'est ce qui fera vraiment la différence. Votre esprit est votre serviteur. Et non votre maître.

Par conséquent, pensez-y à partir de maintenant. Il est donc important de redécouvrir comment penser positivement, et à tordre le cou à vos distorsions, avant qu’elles ne vous fassent mettre un genou à terre.

Continuons, si vous le voulez bien, avec le troisième phénomène.

prendre-confiance-en-soi-exercice

Les omissions

A ce propos, un exemple vaut mieux que dix-mille mots. Admettons qu'un jour, vous partiez en Corse, et plus spécifiquement en camping.

Pas de chance, le séjour se révèle catastrophique. Aie. Vous en tirez la conclusion, que « décidément, les campings en Corse, ce n’est vraiment pas terrible. Je n'y retournerai plus jamais. »

Quelques mois plus tard, vous tombez sur un article dans votre journal quotidien qui loue justement, le charme des campings en Corse. Vous passerez probablement à côté de cet article.

Dès lors, inconsciemment, vous omettrez de lire toutes informations contradictoires qui pourraient aller à l'encontre de la conviction qui est désormais vôtre : « Les campings en Corse, c'est vraiment nul. »

A ce propos, je pourrais vous citer un nombre incalculable d'exemples de ce phénomène de pensées négatives appelé omissions que nous rencontrons tous dans notre vie.

Que ce soit à propos de nos marques de voiture, de vêtements ou de boisson préférés. Nous avons tendance à mettre de côté les faits qui contredisent nos croyances et certitudes bien établies

Nos omissions nous éloignent de notre pouvoir personnel

Eh oui. Pourquoi ? Car elles nous enferment dans une zone de confort et de certitude - ennemis de notre confiance en nous, s'il en est.

Il est donc temps de redécouvrir comment penser positivement en stoppant les omissions !

Après avoir lu ceci, posez-vous sérieusement la question suivante. En quoi votre façon de vous parler vous donne-t-elle des ailes ou vous limite-t-elle actuellement dans votre capacité à avoir vraiment confiance en vous ?

Il est donc temps de prendre confiance en vous avec cet exercice simple en 2 étapes ! Vous y êtes ? Allez, go.

Prendre confiance en soi : exercice en 2 étape

Maintenant que vous comprenez les mécanismes de votre pensée, je vous invite à prendre un carnet et un stylo. Notez le titre de l'exercice,« Ma liste des pensées-pièges ».

Etape 1 de l'exercice 

Créez maintenant un tableau composé de trois colonnes verticales, de largeur égale.

Dans la colonne de gauche, vous pouvez y inscrire mes généralisations. Dans la colonne du milieu, mes distorsions. Et dans la colonne de droite, mes omissions.

Aussi, dans la première colonne de ce tableau, commencez dès aujourd'hui à noter toute généralisation qui naît dans votre esprit. Que ce soit au boulot, à la maison, seul(e) avec vous-même ou en compagnie des autres.

Vous allez vous rendre compte d'une chose essentielle. Le nombre incroyable de généralisations que votre esprit crée au cours de vos journées.

Après cela, dans la deuxième colonne, faites-en de même avec toutes les distorsions créées par votre esprit au cours des prochains jours.

Enfin, dans la troisième colonne, même principe en ce qui concerne les omissions. Soyez un observateur(trice) attentif(tive) du nombre d'omissions que votre esprit crée au cours des prochains jours. Et notez-les.

Etape 2 de l'exercice : création de pensées positives antidotes

Après quelques jours d'analyse de vos omissions, distorsions et généralisations, vous allez probablement voir que votre liste de pensées-pièges s'accumule assez vite.

Reprenez-les alors une par une, et trouvez pour chaque pensée-piège, une pensée positive antidote de remplacement. Surtout, qu'est-ce que cela signifie ?

Si par exemple, l'une de vos pensées-pièges est « de toute façon, tous les hommes sont des salauds, et jamais je ne retrouverai l'amour, à quoi bon ? »

A ce propos, comment pourriez-vous créer une pensée-antidote à cette pensée-piège ? L'astuce est simple, il suffit simplement de créer une pensée positive antidote contraire, dynamisante.

Par exemple « Même si dans ma vie, j'ai déjà croisé des hommes sans scrupules, je choisis de croire en l'amour. Car je sais qu'un homme respectueux et bon, m'attend quelque part. »

Conclusion de cet exercice pour prendre confiance en soi

En réécrivant une pensée-antidote pour chaque pensée-piège, vous allez envoyer un nouveau signal à votre cerveau.

Celui-ci va alors évaluer la pertinence de votre pensée-piège de départ, pour commencer à la réévaluer sous un angle différent. Angle plus positif et constructif.
En d'autres termes, c'est une étape primordiale si vous voulez désormais savoir comment penser positivement.

A ce sujet, l'objectif - notez bien - est de ne pas tomber dans la pensée positive basique du style « Je vais bien, tout va bien, je suis gai tout me plaît »,chère à Danny Boon.

Non, le principe est de réévaluer la réalité, en réinterprétant les choses de façon plus constructive. Sans pourtant nier les événements à priori négatifs de départ. Voyez-vous la subtile différence ?

La suite ? Toujours dans votre carnet de notes, je vous invite à recopier et réécrire chaque affirmation antidote, au moins pendant trente jours consécutifs.

En conclusion, faites cet exercice pour prendre confiance en vous régulièrement. Vous constaterez alors petit à petit que vos limites mentales vont peu à peu s'élargir pour se transformer en de nouvelles possibilités d'action.

Élargissez votre prison mentale en réapprenant à penser positivement, et de nouveaux champs du possible vont s'ouvrir à vous.

Renaud-Czerwiec

A propos de l'auteur

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Direct Your Visitors to a Clear Action at the Bottom of the Page

>