Que faire contre le stress – ou l’art d’expérimenter la zen attitude face à une situation stressante (partie 2)

Que faire contre le stress ? Avez-vous déjà pris conscience pourquoi beaucoup de personnes, malgré leur meilleure volonté, n'évoluent pas ? Car le stress et l'anxiété ressentis lorsqu'elles fonctionnent hors de leur zone de confort sont plus forts que leur motivation. Dans cet article, découvrez comment mettre en place des stratégies très efficaces pour nous aider à dompter les mécanismes les plus profonds de notre esprit à votre avantage.

que faire contre le stress

Vous lisez la partie 2 de l'article "Comment éliminer le stress - ou comment expérimenter instantanément la zen attitude face à une situation stressante". Pour lire la première partie, cliquez ici.

Petit retour en arrière. L'homme, depuis la nuit des temps, a développé d'ingénieux mécanismes de défense, encore appelés peur, qui lui permettait de pouvoir faire face avec efficacité aux dangers qui le guettaient.

Surtout, ces mécanismes de défense se sont développés dans le cerveau profond de l'homme préhistorique. Au cœur même de notre cerveau profond, existe en effet un petit organe appelé amygdale. Petit par la taille, mais grand par son pouvoir.

Autrement dit, l'amygdale, si l’on peut oser la comparaison, est un peu comme notre alarme émotionnelle : c'était déjà elle - il y a des millions d’années - qui prévenait l'homme préhistorique qu'un danger imminent survenait autour de lui. Notamment, en libérant de façon fulgurante dans le corps une hormone appelée adrénaline.

A cet effet, elle est responsable de la peur, du stress ou encore de l'anxiété que vivaient nos lointains cousins préhistoriques, lorsqu'ils étaient confrontés aux dangers.

Dès lors, ces émotions étaient donc un puissant signal d'alarme qui permettait à nos ancêtres de combattre le danger ou de le fuir en prenant leurs jambes à leur cou. À cette époque, leur survie directe en dépendait grandement.

Retour dans le monde moderne 

Bien que nous ne soyons plus aujourd'hui à l'époque préhistorique (même si – petite note d'humour personnelle – certains en ont gardé la coupe de cheveux et le goût pour la déco léopard), nous avons conservé au plus profond de notre cerveau limbique, ces mécanismes de défense utiles que sont la peur, le stress et l'anxiété.

Le problème, c'est que l'amygdale, ce vestige vivant, bien qu'étant utile, n'a pas évolué avec notre époque moderne. Ah, nous voilà bien embarqués, nom de Zeus.

Entre nous, elle était bien utile lorsque nos ancêtres percevaient au loin un mammouth menaçant. En quelques secondes à peine, l'amygdale alertait alors les sens de nos chers ancêtres, en leur signalant qu'un danger imminent pointait le bout de son nez.

Aujourd'hui, les mammouths ont été remplacés par ces bêtes sauvages appelés voitures

Ainsi, lorsque vous traversez le passage clouté et qu'une voiture arrive à toute vitesse à votre encontre, l'amygdale active vos mécanismes de défense : montée d'adrénaline, montée de la tension artérielle, augmentation du taux de glucose dans nos muscles afin de les rendre plus réactifs.

Dans ce cas-ci, nous sommes bien d'accord. Elle est indispensable à notre survie. Mais qu'en est-il lorsque notre amygdale agit comme un diable sorti de sa boîte, alors que nous nous apprêtons par exemple à faire un important discours en public ?

Surtout, vous commencez à ressentir un pic d'adrénaline. Vos jambes sont en coton. Vos émotions gagnent du terrain. Votre petite voix critique interne se déchaîne :

« Es-tu vraiment prêt ? Ne vas-tu pas te ridiculiser ? Il est encore temps de faire demi-tour, tu devrais arrêter maintenant. » Vous expérimentez alors un état émotionnel limitant.

Faut-il éliminer complètement le stress ? 

Non, car vous serez d'accord qu'un peu de stress positif est toujours nécessaire. Une crise d'anxiété qui pointe le bout de son nez juste avant de monter sur scène l'est beaucoup moins.

Et c'est ainsi pour toute situation de notre vie où nous nous sentons loin de notre zone de confort. Car l'inconnu et le danger - même si ce dernier est imaginaire et non fondé - font peur.

En d'autres termes, vous percevez ces messages comme des indicateurs qui vous disent soit de fuir, soit de faire face à l'inconnu ou au danger qui vous fait peur. C'est ce qui arrive très souvent lorsque nous sommes loin de notre zone de confort. 

Que faire contre le stress ? Apprenez à étendre votre zone de confort !

Avez-vous déjà eu l’occasion d’observer certains candidats qui s'apprêtent à passer un examen oral important à l'université ? Certains sont tellement stressés qu’ils sont parfois incapables de prononcer le moindre mot devant l'examinateur, comme s’ils étaient tétanisés.

Vous imaginez le scénario catastrophe ?

Ces êtres courageux ont passé des mois à bûcher pour monter leur thèse de fin d'études. Et les voilà taillés en pièces en quelques dizaines de minutes. Tout ça, parce qu’ils n'ont pas su se mettre dans un état dynamisant.

Au contraire, ils expérimentent à leur insu, un état limitant de stress intense qui les empêchent d'accéder à leurs ressources. Pensez-vous donc que le résultat qu'ils seront capables de produire sera à la hauteur de leurs espérances ? Poser la question, c'est y répondre.

Mais qui est donc ce vilain coupable, qu'on le juge tout de suite ! Ne cherchez pas trop loin. Votre coupable, c'est votre amygdale.

Car l'amygdale coupe momentanément notre processus de pensée rationnelle et logique. Ceci pour faire place à une charge émotionnelle suffisamment forte afin de mobiliser notre corps à réagir face au danger réel ou imaginaire.

Le problème de notre amygdale, c'est qu'elle ne fait aucune différence entre un danger réel et un danger imaginaire

Si vous vous demandez que faire contre le stress, c'est elle que vous devez dompter !

Par exemple, lorsque nous devons expérimenter dans notre vie certaines situations qui ne nous sont pas familières, c'est elle qui va nous lancer le signal d'alarme qu'il y a danger - même s‘il est imaginaire : elle alerte la cavalerie et sonne le branle-bas de combat.

Par conséquent, vous vous retrouvez là, en plein milieu de votre champ de bataille émotionnel : sueurs froides, stress, émotivité, jambes coupées, palpitations, rougissements.

Pourquoi le changement est-il synonyme de stress

Parce que le changement fait peur. Le changement amène de l'inconfort, de l'anxiété ou du stress. Et c'est souvent là qu'apparaît la notion de zone de confort.

A ce propos, souvenez-vous en, nos ancêtres préhistoriques - qui faisaient face à un mammouth, prêt à les réduire en pièces - prenaient leurs jambes à leur cou et couraient jusqu'à parvenir à une zone de sécurité: leur zone de confort.

Aussi, de nos jours, l'homme moderne que nous sommes devenus, a hérité de ces comportements de fuite face au danger. Même s'il n'est pas réel.

A ce sujet, qui ne s'est jamais senti anxieux, inconfortable ou stressé, quelques minutes avant une interview capitale pour décrocher le job de ses rêves ? Car dans ces moments-là, n'étions-nous pas hors de notre zone de confort ?

De plus, non-contente de nous rendre anxieux et stressés, l'amygdale nous coupe momentanément de notre processus rationnel de pensée. Ne vous étonnez pas alors dans ces moments-là, de bégayer ou encore de transpirer devant votre futur employeur potentiel. Vous expérimentez un état limitant.

Nous accomplir et atteindre les objectifs que nous nous fixons requiert de sortir de notre zone de confort

Et c'est pour ça que beaucoup de personnes, malgré leur meilleure volonté, n'évoluent pas. Car l'inconfort, le stress et l'anxiété ressentis lorsqu'elles fonctionnent hors de leur zone de confort sont plus forts que leur motivation.

Heureusement, nous allons apprendre ensemble des stratégies très efficaces pour nous aider à dompter les mécanismes les plus profonds de notre esprit à notre avantage.

En conclusion, il est important que vous compreniez les mécanismes de votre esprit. Maintenant que vous comprenez mieux comment fonctionne le mécanisme qui produit les différents états émotionnels que vous expérimentez, il est temps de prendre connaissance de ce qui va suivre.

Vous vous demandez toujours que faire contre le stress ? Alors Cliquez ici pour découvrir la troisième partie de cet article inspirant

A propos de l'auteur

Autorité reconnue en développement personnel, diplômé en psychologie clinique, coach de vie et expert en psychologie de la performance, Renaud Czerwiec est surnommé "le coach qui murmure à l'oreille des accomplisseurs". En effet, dans sa carrière, il a accompagné en tant que coach et hypnothérapeute, des accomplisseurs de tous horizons (sportifs de haut-niveau, CEO, entrepreneurs de start-up, leaders influents, artistes, écrivains).

>